Neuroland-Art

Accueil  Téléchargements     
Démences à corps de Lewy

Benoit Kullmann

demencecorpslewy.jpg

Démence à corps de Lewy

corpsdelewy1.jpg

    Lorsque l’on aborde un sujet comme celui-ci par le biais de l’anatomo-pathologie, de la neurochimie, ou de la biologie moléculaire, les discussions entre tenants d’une entité que l’on nommerait maladie des corps de Lewy et partisans d’une conception purement syndrômique, débats passionnants certes, décourageraient le lecteur clinicien pour peu qu’il oublie sa vocation première, qui est de s’occuper de patient. Le premier temps est celui de la confrontation entre un patient et ses symptômes, d’un côté du bureau, un praticien et son expérience de l’autre.

    Après avoir rappelé quelques généralités épidémiologiques et historiques, nous verrons quels sont les éléments de l’observation et de l’examen qui vont amener celui-ci à émettre l’hypothèse d’une démence à corps de Lewy .

corpsdelewy2.jpg

Seconde démence dégénérative
après la maladie d’Alzheimer

secondedemence.jpg

Évaluations initiales : 20-25% des patients déments

Évaluations cliniques  - 10-38%   (12-16%)

Anatomo-pathologie - 10-20%


Barker and Foltynie How common is dementia with Lewy bodies?
 J Neurol Neurosurg Psychiatry 2003; 74: 697-698


Description du locus niger par Soemmering 1778

Découverte des cellules par Schwann 1839

Découverte des neurones par Cajal 1894

Rôle du locus niger par Edouard Brissaud 1895

Description des corps de Lewy par F.H. Lewy 1912

Dépigmentation ( pâleur ) du locus niger observée par Constantin Tretiakoff 1919

Dopamine dans le S.N.C. décelée par Montagu 1957

Dopamine dans le L.N. précisée par Hornykiewicz 1960


Parallèlement, un certain nombre d’observations dissidentes sont publiées, dès 1900 pour l’Atrophie olivo-ponto-cérebelleuse de Déjerine et Thomas, puis essentiellement dans les années soixante :

A neurological syndrôme associated with orthostatic hypotension Shy, Drager 1960

Dégénerescence striato-nigrique Van Bogaert, Van der Eecken 1961

Atrophie dentato-rubro-pallido- luysienne ; Smith et Neumann 1958 1959

Démence à corps de Lewy ; Okazaki et al. J NeuropatholExpNeurol, 1961

Progressive supranuclear palsy ; Steele, Richardson, Olswezki 1964

Corticodentatonigral degeneration with neuronal achromasia
Rebeiz Kolodny Richardson 1968


    Les trois premières entités ( AOPC ; Shy Drager, DSN ) sont réunies dès 1969 par Graham et Oppenheimer sous l’expression atrophie multi-systématisée AMS ; à l’inverse la paralysie supra nucléaire progressive est subdivisée tout récemment en forme parkinsonienne, forme de Richardson, et forme corticale.

lewy.jpg

Description des corps de Lewy : F.H. Lewy 1912

lewyfh.jpg

pksd.jpg

Démence à corps de Lewy
Okazaki et al. J NeuropatholExpNeurol, 1961

demencelewy.jpg

Okazaki, H., Lipkin, L.E., & Aronson, S.M. (1961). Diffuse intracytoplasmic inclusions (Lewy type) associated with progressive dementia and quadriparesis in flexion. Journal Neuropathology and Experimental Neurology, 20, 237-244.


   
La publication princeps d’Okazaki et al. dans J Neuropathol ExpNeurol, en 1961, concerne deux cas clinico-pathologiques de démence progressive avec quadriplégie en flexion. Dans le cortex cérébral sont identifiées des inclusions circonscrites, polychromes, argyrophiles, dans le corps cellulaire des neurones. Les corps d'inclusion sont habituellement ovales ou circulaires, rarement de contours irréguliers, au maximum de 10 à 25 microns de diamètre. Il n’est pas question de maladie de Parkinson ni de parkinsonisme dans leur publication.


    La profusion d'expressions plus ou moins équivalentes désignant pour la plupart ce que nous appelons ici Démence à corps de Lewy, est à la mesure des discussions nosographiques, dominées par les frontières entre la Démence à corps de Lewy, la démence parkinsonienne, et la maladie d'Alzheimer :

Lewy body syndromes :
Diffuse Lewy Body Disease,
Cortical Lewy Body Disease,
Lewy Body Dementia,
Lewy Body Variant of Alzheimer’s Disease.

phenotypegenotype.jpg

    Les critères diagnostiques ont été précisés une première fois en 1996 :

lewyconsensus.jpg

Critères majeurs :

Déclin cognitif progressif :
troubles mnésiques, déficits attentionnels, phasiques, du jugement et du raisonnement, dyscalculie, altérations spatiales et temporelles

Deux des critères suivants doivent être présents :

Fluctuation des troubles cognitifs
Hallucinations visuelles
Parkinsonisme

lewyprobable.jpg

lewyconsensus2.jpg

1999 - seconde conférence de consensus sur la DCL
        McKeith et al, Neurology, 1999

2005 - troisième conférence de consensus sur la DCL
        McKeith et al, Neurology, 2005


Pure Dementia with Lewy Bodies
vs
Lewy Bodies in Alzheimer

dcldgc.jpg

demencelewycriteres.jpg

phenotypeanapath.jpg

lewybodiesneurites.jpg

clbneuropatho.jpg

braakstaging.jpg

schemacognitigistebraak.jpg

lewycorpsneurites.jpg

synucleopathies.jpg

Génotype

clbgenetique.jpg

tableaupark.jpg

park1.jpg

park4.jpg

park9.jpg

park92.jpg

sca3.jpg

preselinine.jpg

preselinine2.jpg

2q35.jpg

mutationalphasynucleine.jpg

mutationgba.jpg

dgcdiff.jpg

debutpkdemence.jpg

dlbanapath.jpg

dlbdgcdiff.jpg

pklewyalzdebats.jpg

dcdscdebat.jpg

debat2.jpg

lewyalz1.jpg

lewyalz2.jpg

lewyalzclock.jpg

dclalz.jpg

dlbdatscan.jpg

lewyalzirm.jpg

lewyalzdebat2.jpg

dclpkclinique.jpg

dclpkclinique2.jpg

braakstaging.jpg

lewyspectrum.jpg

synucleopathies.jpg

tauopathies.jpg

spectrumproteotypique.jpg

demencediscussion.jpg

interface.jpg

demencelewydiscussion.jpg


spectremaladiesneurodgn.jpg

demencesproteinopathies.jpg

spectre.jpg

genotypedlb.jpg

lrrk2.jpg

phenotypeneurochimique.jpg

deficitneurologique.jpg

demenceschimiques.jpg

cliniqueparticuliere.jpg

variationvigilance.jpg

variationvigilance2.jpg

alterationrem.jpg




Génotype


La démence à corps de Lewy diffus (DCL) et la démence parkinsonienne (DP) : aspects communs cliniques, scintigraphiques et histopathologiques
M.Kiesmann, J.-B.Chanson B.Lannes, I.J.Namer, M.Mohr, G.Kaltenbach, M.Berthel
Revue neurologique 2006

L’examen histopathologique du cerveau de deux patients déments  et suspects de DP et de DCL selon des critères cliniques et scintigraphiques permet d’argumenter le diagnostic étiologique de démence.

DISCUSSION. Dans ces deux cas la DP et la DCL présentent de nombreux aspects similaires :

1) cliniques (troubles cognitifs dysexécutifs avec hallucinations, délires et syndrome parkinsonien,

2) scintigraphiques (aspect en TEMP cérébrale au 99mTc-ECD et au 123-I-FP-CIT ou DATscan) et 3) histopathologiques. Il est intéressant de noter dans les deux cas, l’association de lésions de type Parkinson et de type Alzheimer.

CONCLUSION. Les similitudes importantes constatées dans nos cas entre la Démence à Corps de Lewy et la Démence Parkinsonienne font remettre en question les critères encore utilisés pour les différencier.

OBSERVATIONS. Cas 1 (05-061310930) : Un patient de 80 ans avec un syndrome akinéto-hypertonique intolérant à la levodopa développait un an plus tard des troubles cognitifs fluctuants et des hallucinations. Il présentait une DCL probable avec à la TEMP une hypofixation sévère du traceur dopaminergique (calcul de ratio: rapport noyau caudé/occipital à 1,5 à droite et 1,7 à gauche pour une normale > à 2,5) et une hypoperfusion corticale diffuse. L’examen histopathologique retrouvait de très nombreux corps de Lewy dans le tronc cérébral et le cortex où ils étaient diffus, associés à des lésions de MA au stade IV de Braak et Braak.

Cas 2 : Un patient de 77 ans avait depuis douze ans une MP arrivée au stade IV de Hoehn et Yahr et traitée par 700 mg de lévodopa et 25 mg de clozapine. Depuis quatre ans avaient débuté des troubles cognitifs suivis d’hallucinations, de délires et d’une démence . La TEMP mettait en évidence une hypofixation sévère du traceur dopaminergique (ratio : 1,4 à gauche et 1,5 à droite) avec une hypoperfusion corticale majeure. L’examen histologique montrait des corps de Lewy dans le tronc cérébral et des corps de lewy dans le cortex où ils étaient diffus ainsi que des lésions de MA au stade V de Braak et Braak.

OBSERVATIONS.

    Clinique :Mme P. (05-1943), sans antécédent neurologique, présenta un syndrome démentiel, débutant à 44 ans par un syndrome aphaso-apraxo-agnosique associé à une désorientation spatiale, d’évolution progressive et rapide en 10 ans. Après 7 ans d’évolution apparut un syndrome extrapyramidal avec hallucinations, des chutes et des fluctuations comportementales. Absence d’amélioration sous neuroleptiques et apparition de myoclonies en fin de vie.Sa mère et une tante maternelle étaient décédés d’une MA ayant débuté à respectivement 48 et 60 ans.

    Anatomopathologie : Lésions d’angiopathie amyloïde sévères diffuses intraparenchymateuses et méningées avec prédominance de dépôts d’A b40, dans les secteurs infra et supra-tentoriels, associées à des lésions de type Alzheimer intenses (anticorps anti-Tau) et diffuses (critères du CERAD). La plupart des lésions de dégénérescence neurofibrillaire et des plaques sont ubiquitinées. Négativité des dépôts A b40 et A b42 intraneuronale Le marquage de l’alpha synucléine montre de très nombreux corps de Lewy diffus réalisant l’aspect d’une DCL (critères de Mac Keith).

    Génétique :Présence d’une microduplication du gène de l’APP (chromosome 21).




Un cas de démence autosomique dominante : maladie d’Alzheimer ou démence à corps de Lewy ?
E.Muzard, E.Berger, G.Viennet, L.Rumbach, A.Laquerrière, D.Campion, D.Hannequin
Revue neurologique 2006

INTRODUCTION. La maladie d’Alzheimer (MA) et la démence à corps de Lewy (DCL) sont deux entités à part entière mais dont le diagnostic différentiel peut parfois être difficile, comme l’atteste notre observation.

DISCUSSION. Deux hypothèses sont évoquées:
・une MA (syndrome aphasoapraxoagnosique précoce, anatomopathologie, génétique) ;
・une DCL (analyse anatomopathologique, syndrome extrapyramidal, hallucinations et fluctuations à un stade précoces pour une MA).La microduplication du gène de l’APP est un syndrome récemment décrit dans 6 familles françaises, exprimant deux phénotypes (MA pure et AVC hémorragiques).

CONCLUSION. Ce tableau pose la question du recouvrement des critères cliniques et anatomopathologiques chez un même patient, alors que la microduplication du gène de l’APP étaye l’hypothèse amyloïde de la physiopathologie de la MA.

dclalterationrem.jpg

dclhallu.jpg

dclhallu2.jpg

rdbdlb.jpg

rdbsynucltau.jpg

rembd.jpg

dlbdysautonomie.jpg


Dysautonomie



Reduced cardiac uptake of 123I-metaiodobenzylguanidine (MIBG) is considered to represent dysfunction of the postganglionic neurons of the cardiac sympathetic nervous system


Syndrôme parkinsonien
Détérioration des fonctions supérieures avec variations fluctuantes de le vigilance et de l’attention
Hallucinations visuelles
Chutes , syncopes
Aggravation par les neuroleptiques +++
Aggravation par la Dopa
Amélioration des troubles cognitifs par les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase
Sensibilité aux neuroleptiques atypiques



Clive Ballard, Janet Grace, Clive Holmes. Neuroleptic sensitivity in dementia with Lewy bodies and Alzheimer's disease. Lancet Vol 351 4 April 1998 pages 1032-33

conclusiondcl.jpg

ciel.jpg

constellationcrabe.jpg

constellationsmnd.jpg

dclrevuefinale.jpg

diapomirages.jpg

severitedureedemence.jpg

diapoclassificationpklang.jpg

dementiatreize.jpg

nodiseaseinbrain.jpg

dufyprom.jpg


Date de création : 19/07/2008 : 23:32
Dernière modification : 18/02/2010 : 13:18
Catégorie : Conférences de Montréal
Page lue 7231 fois

up Haut up


Site propulsé par GuppY - © 2004-2007 - Licence Libre CeCILL