Neuroland-Art

Accueil  Téléchargements     
Musée de la Chartreuse de Douai

Musée de la Chartreuse




130 rue des Chartreux 59500 Douai

tel 03 27 71 38 80
fax : 03 27 71 38 84
museedouai@nordnet.fr


Ouvert tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 18h
Fermeture le mardi et certains jours fériés



    Une collection exceptionnelle, dans un cadre exceptionnel, fréquentée par une poignée de visiteurs, confrontés à des horaires absurdes - deux heures de pause au moment du déjeuner, nous voudrions bien savoir qui mérite une telle sinécure. D'autant que la visite se passe au son des conversations certes pittoresques des employées de la Chartreuse, qui n'ont manifestement que faire de l'état de concentration du visiteur moyen, déjà largement informé des expressions typiques des ch'tis.

    Conseils : n'oubliez pas qu'à midi moins trois il vous faut impérativement quitter les lieux : vous ne pourrez pas même rester dans le jardin de la grande Chartreuse, dont les portes sont fermées également. Celà étant, en commençant votre visite à dix heures, vous aurez probablement terminé dans les temps. D'autre part, prévoyez de quoi vous abstraire des productions sonores que dispensent généreusement les  autochtones : walkman, ou simplement boules quies ...

Première salle : primitifs italiens, catalans, flamands

barnadisienachristenseignant.jpg

barnadisienachristenseignantdetail.jpg

Bernardo di Siena Le Christ enseignant Musée de la Chartreuse de Douai

bellegambebarbe.jpg

Jean Bellegambe Martyr de Sainte Barbe
Musée de la Chartreuse de Douai

bellegambesteanne.jpg

Jean Bellegambe Sainte  Anne ; conception de la vierge Marie
Musée de la Chartreuse de Douai

bellegambebernard.jpg

Jean Bellegambe Saint Bernard en prière Musée de la Chartreuse de Douai

bellegambestbernarddetailretabledansletableau.jpg

Jean Bellegambe Saint Bernard en prière ; détail : retable dans le tableau
Musée de la Chartreuse de Douai

Polyptique de Jean Bellegambe

bellegambepolyptique.jpg

Jean Bellegambe Polyptique
Musée de la Chartreuse de Douai

bellegambepolyptiquepanneaulateralgauche.jpg   
belelgambepolyptiquepanneaulateraldroit.jpg

bellegambepolyptiquegrisaille1.jpg     bellegambepolyptiquegrisaille2.jpg

bellegambepolyptiqueangelotsbulles.jpg

bellegambepolyptiqueangemiroir.jpg

bellegambepolyptiquebeffroicolonne.jpg

bellegambepolyptiquedonateurs.jpg

bellegambepolyptiquemoinesbeffroidouai.jpg

bellegambepolyptiquepaysage.jpg

bellegambepolyptiquesaintambroisefouet.jpg

bellegambepolyptiquesaintaugustin.jpg

bellegambepolyptiquesaintcrosse.jpg

bellegambepolyptiquesaintsjerome.jpg

bellegambepolyptiquetroismaries.jpg


Jan Mandyn : les épreuves de Job

 "L'infortune résulte-t-elle toujours d'une punition divine ?"

mandynepreuvesdejob.jpg
La construction du tableau oppose le couple formé par Job et son épouse, sous un auvent délabré à gauche, et un groupe de musiciens difformes. Parmi ces derniers, quelques figures imposées boschiesques ; mais aussi, une référence à une pathologie précise que nous développerons plus loin. À l'arrière-plan sur la droite, un incendie, des animaux familiers et exotiques ;  sur la gauche, une colonne singulière,  un joueur de cornemuse.

mandynepreuvesdejobcouple.jpg

Dans la tradition médiévale, Job sanctifié apparait comme le patron des pesteux, des abeilles, des musiciens - des pièces d'or auraient été produites à partir de ses plaies, qu'il aurait distribué à des musiciens. On le voit ici tenir une pièce, qu'il s'apprête à donner


Emile Mâle, l'art religieux du XIIIème siècle, Paris, 1925, p.170
Kathi Meyer Saint Job as a patron of music The Art Bulletin, Vol. 36, No. 1 (Mar., 1954), pp. 21-31


mandynepreuvesdejobcoupleplanamericain.jpg

Dans le Testament de Job, apocryphe, le rôle de son épouse  Sitis, ou Sitidos, est plus important que dans le Livre de Job, biblique. On y apprend qu'elle aurait vendu ses cheveux à Satan, qu'elle aurait maudit Dieu et en serait morte. Jan Mandyn la représente brandissant une poignée de clefs,

mandynepreuvesdejobtetes.jpg

mandynepreuvesdejobjobtrompette.jpg

mandynepreuvesdejobfemmetrompette.jpg


mandynepreuvesdejobtambourin.jpg

mandynepreuvesdejobtrompettegrelot.jpg

mandynepreuvesdejobgrelotlepreux.jpg

mandynepreuvesdejobgrelotlepreuxgrosplan.jpg

mandynepreuvesdejoblepreuse.jpg

mandynepreuvesdejoblepreuseface.jpg

    Le visage de ce joueur de tambour est caractéristique de l'atteinte faciale de la lèpre lépromateuse : les lésions nodulaires cutanées, les lépromes infiltrent massivement la peau, au niveau du front, des arcades sourcilières, du nez, des lèvres, du lobule des oreilles, aboutissant au classique faciès léonin. La rhinite lépreuse, purulente ou hémorragique, provoque l'ulcération de la cloison nasale et l'effondrement du nez, réalisant le nez en lorgnettes.

mandynepreuvesdejobgrelot.jpg

mandynepreuvesdejobtauviole.jpg

    Le tau dans ce groupe de lépreux relance une discussion sur la signification de ces infirmités : imputées d'abord à la lèpre, puis dans un second temps à la gangrène sèche de l'ergotisme ;

mandynepreuvesdejobcornemuse.jpg

mandynepreuvesdejobcolonne.jpg

mandynepreuvesdejobchameaucochon.jpg



     Les scènes des volets latéraux, « La tentation de saint Antoine » et « La pénitence de saint Jérôme » ont été traitées à plusieurs reprises par Jérôme Bosch et son atelier.

boschjob.jpg

    Première copie connue d’un chef-d’œuvre perdu de Jérôme Bosch, le Triptyque de Job de Bruges fut probablement peint sur commande de l’échevin anversois Jacob van de Voorde († 1520) et sa femme Christina van Driele dont les armes sont représentées à l’arrière des volets latéraux.

boschjobdetail.jpg

boschdetail2.jpg







Date de création : 27/07/2008 : 22:14
Dernière modification : 11/10/2008 : 03:14
Catégorie : Musées du monde
Page lue 5037 fois

up Haut up


Site propulsé par GuppY - © 2004-2007 - Licence Libre CeCILL