Neuroland-Art

Accueil  Téléchargements     
Le châtiment de Caïphe d'Emile Foubert

foubertchatimentcaiphe.jpg

Emile Foubert (1848-1911) Le châtiment de Caïphe Musée des Beaux-Arts de Valenciennes

foubertchatimentcaiphedetail.jpg

    On sait très peu de chose au sujet du peintre Emile Foubert : il est né à Bayonne en 1848, fut l'élève de Léon Joseph Florentin Bonnat (1833/44-1922), puis de Charles Busson et du paysagiste Henri Léopold Lévy (1840-1904) dont l'influence, pondérée par celle de Corot et de Millet, fut décisive sur la manière de Foubert. Lequel exposa dans les Salons parisiens de 1875 à 1880, obtenant la mention honorable en 1879, et la récompense de troisième classe l'année suivante. Ses premiers sujets furent des portraits, des allégories religieuses et des compositions mythologiques : "Le châtiment de Caïphe", "Hésiode et la Muse", "Le Christ à la Colonne", et "Nymphes et faune." En 1884 il fut admis à la Sociéte des Artistes Francais ; l'exposition de 1885 lui valut une médaille de seconde classe, celle de 1889 une médaille de bronze, enfin en 1900 une médaille d'argent lui fut attribuée.

    "Le châtiment de Caïphe" est pour le moins un titre curieux, prétant à confusion : on imagine un spectateur issu d'une autre culture mais avide de peinture occidentale, débarquant de Kyoto et ignorant les finesses du nouveau testament : qui est Caïphe, sur ce tableau ? Est-ce lui qui sur la croix - une croix de marbre - tente de redresser la tête ? On peut y lire effectivement son nom gravé en lettres latines. Que sait-on du sort réservé à Caïphe, grand prêtre sacrificateur auprès duquel le Christ fut conduit, et qui scella son sort en déclarant « il est préférable qu'un homme meure plutôt que la nation toute entière » ? Il est présenté comme le grand persécuteur du christianisme naissant, ordonnant la comparution devant le Sanhédrin des apôtres qui continuaient à prêcher malgré l'interdiction de la haute assemblée. Il semble qu'il ait été au moins en partie aux ordres de Hanne, son beau-père, l'ancien grand-prêtre. En fait, privé de sa charge par Vitellius, alors gouverneur de Syrie, il se serait suicidé en 35.

    La solution est très éloignée de cette élucubration pseudo-historique : il s'agit bien de Caïphe contorsionné de douleur ; le personnage vétu de rouge qui semble le découvrir nous donne une fois reconnu la direction de l'interprétation : rappelons d'abord que l'un des peintres adulés par les artistes de la génération de Foubert est Eugène Delacroix :

Fantin-Latour_Homage_to_Delacroix.jpg

Henri Fantin-Latour (1836-1904) 
Hommage à Delacroix


L'une des oeuvres les plus connues de Delacroix, encensée par Adolphe Thiers lui-même, son plus ardent protecteur, est

delacroixdante.jpg

La Barque de Dante ou Dante et Virgile aux enfers 1822 Musée du Louvre

Le personnage vêtu d'un capuchon rouge est Dante.

foubertchatimentcaiphedetail2.jpg

   Foubert a probablement effectué une condensation des figures de Dante et de Virgile pour représenter à son tour l'auteur de la Divine Comédie. Nous rencontrons précisément au chant XIX de l'Enfer le personnage de Caïphe, auquel est réservé un châtiment dont la signification allégorique est triple : en tant qu'hypocrite, Caïphe réside dans la sixième fosse du huitième cercle, celui des trompeurs ; parce qu'il a contribué à la crucifixion du Christ, il est lui-même crucifié ;  et parce qu'il a appelé à la souffrance d'un seul plutôt que celle d'une nation entière, il porte aujourd'hui seul le poids des fautes de tous les autres.

foubertchatimentcaiphedetail.jpg

    Ce n'est plus en vain que Caïphe tente de redresser le chef pour interpeller le visiteur, désormais averti qu'il fut placé là par l'autorité de Dante. Lequel ignorait certainement qu'il se fut donné la mort, sinon il aurait expédié le grand-prêtre au deuxième giron du chant XIII en compagnie des autres suicidés qui partagent dans l'Enfer un domaine forestier spécial avec les harpies*.

*voir B. Kullmann, dans les Chroniques de l'Arc-en-ciel, L'écharpe d'Iris, le passage consacré aux soeurs de la déesse de l'arc-en-ciel

   

.

Date de création : 21/10/2008 : 00:34
Dernière modification : 17/12/2008 : 08:52
Catégorie : Drôle de Musée
Page lue 4679 fois

up Haut up


Site propulsé par GuppY - © 2004-2007 - Licence Libre CeCILL