Neuroland-Art

Accueil  Téléchargements     
Une histoire de bulbes (Tulpomania) II

Une histoire de bulbes

 (Tulpomania) II



Image_1.jpg

  

Image_28.jpg

Image_29.jpg

Image_30.jpg

Image_31.jpg

Image_32.jpg

Image_34.jpg

Image_33.jpg

Image_35.jpg

Image_36.jpg

Image_37.jpg

Image_38.jpg

Image_39.jpg

    Le livre des Tulipes de P Cos de Haarlem 1637 ; l’un parmi les 34 ouvrages analogues parus dans le premier tiers du XVIIème siècle en Hollande. Il décrit 54 variétés de tulipes, portant le nom d’amiraux, de généraux, ou de , ou de lieux : la belle Brabançonne, Gouda …

Image_40.jpg

    Vers 1624 la Semper Augustus peut atteindre 3000 Gulden par bulbe, avec seulement 12 bulbes sur le marché.

Image_41.jpg

Image_42.jpg

Image_43.jpg

    La fièvre de la tulipe croit de manière irrépressible entre 1634 to 1637 : les bulbes achetés un à deux Goulden pouvaient atteindre une centaine de Goulden quelques mois plus tard, et changeaient de main plusieurs fois avant la première floraison. La "Tulipomania" désigne la période (1636 - 1637) où la spéculation atteint son comble, un bulbe peut être vendu le prix d’une maison à Amsterdam, le prix d’un petit tableau de van Miéris (The equivalent of 15 year's wages for the average bricklayer).

Image_44.jpg

Image_45.jpg

Image_46.jpg

Image_47.jpg

Image_48.jpg

Image_49.jpg

Image_50.jpg

Image_51.jpg

Image_52.jpg

Image_53.jpg

Image_54.jpg

Image_55.jpg

Image_56.jpg

Image_57.jpg

Image_58.jpg

Image_59.jpg

Image_61.jpg

Image_62.jpg

Image_63.jpg

Image_64.jpg

Image_65.jpg

Image_66.jpg

Image_67.jpg

Image_68.jpg

Image_69.jpg

Image_70.jpg

Image_71.jpg

Image_72.jpg


Antwerp, Brussels, Augsburg, Paris, Prague
Paradoxe : le portrait non attribué est signé AD, pas l’autoportrait de 1493 ; les premiers bulbes sont envoyés de Turquie par l’ambassadeur Augier-Ghislain de Busbecque à Vienne en 1554 ; Augier de Busbecque était l’ambassadeur de Ferdinand Ier auprès de Soliman le magnifique


Image_73.jpg

Image_74.jpg

Image_76.jpg

Image_77.jpg

Image_78.jpg

Image_79.jpg

Image_80.jpg

Image_81.jpg

Image_82.jpg

Image_83.jpg



Image_84.jpg

Image_85.jpg

Rembrandt. Danae. 1636. Oil on canvas. The Hermitage, St. Petersburg, Russia.

    Est-ce un hasard, cette représentation de Danaé séduite par une pluie d'or ( forme qu'a pris Jupiter pour la séduire ), précisément en 1636 ? Que l'on sache, Rembrandt n'a pas été saisi par la fièvre de la tulipe.

Image_86.jpg

    Car cet homme qui tend vers son épouse une tulipe biarrée et le bulbe qui produira peut-être une nouvelle Semper Augustus, lui offre si l'on est en 1636 un cadeau somptueux.


Image_87.jpg

Gérard Seghers  (1591-1651)  La patience de Job ; huile sur toile; Musée National, Prague

    en revanche, l'année suivante, son épouse risque fort de lui adresser une sévère admonestation, comme la femme de Job raillant celui-ci.

Lenain.jpg

Mathieu Lenain (1607-1677)  Der Gärtner, 1650/1660, Bild, Köln, Wallraf-Richartz-Museum


jeandelabruyere.jpg

La Bruyère, au Chapitre XIII des Caractères, décrit le fleuriste :

    « Le fleuriste a un jardin dans un faubourg, il y court au lever du soleil, et il en revient à son coucher ; vous le voyez planté, et qui a pris racine au milieu de ses tulipes et devant la solitaire, il ouvre de grands yeux, il frotte ses mains, il se baisse, il la voit de plus près, il ne l’a jamais vue si belle, il a le cœur épanoui de joie ; il la quitte pour l’orientale, de là il va à la veuve, il passe au drap d’or, de celle-ci à l’agathe, d’où il revient enfin à la solitaire, où il se fixe, où il se lasse, où il s’assit, où il oublie de dîner ; aussi est-elle nuancée, bordée, huilée, à pièces emportées, elle a un beau vase ou un beau calice ; il la contemple, il l’admire, Dieu et la nature sont en tout cela ce qu’il n’admire point, il ne va pas plus loin que l’oignon de sa tulipe qu’il ne livrerait pas pour mille écus, et qu’il donnera pour rien quand les tulipes seront négligées, et que les œillets auront prévalu. Cet homme raisonnable, qui a une âme, qui a un culte et une religion, revient chez soi fatigué, affamé, mais fort content de sa journée ; il a vu des tulipes ».

















   

Date de création : 08/05/2009 : 10:15
Dernière modification : 08/05/2009 : 10:17
Catégorie : Conférences
Page lue 3912 fois

up Haut up


Site propulsé par GuppY - © 2004-2007 - Licence Libre CeCILL