Neuroland-Art

Accueil  Téléchargements     
De la Chéloniophilie II


Benoit Kullmann

De la Chéloniophilie II

Le 13 Juin 2009

cheloniophilie.037-001.jpg

    L'une des utilisations iconographiques majeures de la tortue est la confection des emblèmes. Qu'est-ce qu'un emblème ?

cheloniophilie.038-002.jpg

    En 1531, un juriste italien, Andrea Alciati, fit publier un recueil d’un genre nouveau, intitulé Emblematum Liber, composé de vignettes stéréotypées, images gravées accompagnées d’un titre et d’une maxime, plus ou moins chargés de sens religieux, allégorique, symbolique, hermétique, alchimique...

    cheloniophilie.039-001.jpg

cheloniophilie.040-004.jpg

    Les sources des livres d’emblêmes sont multiples, aussi bien les blasons médiévaux, les bestiaires, la redécouverte des inscriptions et des médailles antiques, les recréations du monde de Virgile et d’Ovide à partir de ses vestiges dont les plus diffusés sont Le Songe de Poliphile de Francesco Colonna (1499) et  les Hieroglyphica de Pierio Valeriano (1556), inventaire ( réécrire : des racines du christianisme dans la symbolique antique, chez les Pères de l'Eglise et dans les hiéroglyphes égyptiens). L’invention en est progressive, les formes multiples, et la popularité immense qui l’impose dans l’espace intellectuel créé par l’explosion de l’édition. Entre l’Emblematum Liber d’Alciati paru en 1531 et la fin du genre au début du XIXème siècle, plus de six mille livres d’emblemes ont été publiés, certains étant réédités régulièrement pendant deux siècles, tel le recueil d’Alciati, repris cent-trente fois.

cheloniophilie.041-004.jpg

    L’emblème est composé d’un motto, ou devise ; d’une pictura allégorique ; d’un texte d’exégèse, lui-même divisé éventuellement en deux parties, l’une profane et l’autre sacrée. L’illusion serait de croire d’une part que cette structure tripartite ( inscriptio, pictura, subscriptio ) est spécifique aux emblèmes : on la retrouve dans le physiologus comme dans les fables, les proverbes et les médailles, et le genre lui-même évolue en devises, imprese et iconologia. D’autre part, que l’adéquation des trois registres est une nécessité : l’importance relative de chacun de ces trois modes de signification est très variable d’un emblème à l’autre, d’un recueil à l’autre ; il s’agit plus d’un procédé rhétorique particulier, dont la figure première est l’énigme, la devinette ; destiné à plonger le spectateur ou le lecteur dans une sorte de perplexité, à partir de la conjonction de trois codes obéissant à des lois différentes, la devise, l’image et le texte.

    Rappelons la prédilection des Jésuites pour la rhétorique logo-visuelle, mise en exercice dans leur enseignement, fondée sur l’action des images couplées au texte sur les affections, la raison, la mémoire, et la vertu jésuitique par excellence, la volonté. Les deux moyens pédagogiques  les plus utilisés étaient le théatre, et les recueils d’emblèmes. Si les missionnaires emportaient avec eux des illustrations naïves destinées à convaincre leurs auditoires exotiques, dans les collèges l’effet recherché n’est pas à découvrir dans les images par elles-mêmes, mais dans la coexistence d’une image et d’un texte. Le nombre des recueils d’emblèmes commandés par les Jésuites est impressionnant – cinq cents titres et mille sept-cents éditions, dont la collection la plus riche se trouve à la Bibliothèque Royale de Bruxelles. La philosophie des images du père Jésuite Menestrier, auteur par ailleurs d’un Livre des emblèmes, est sous-titrée l’art de persuader. Ces images exhibées sur les étendards et les écus, aux murs des palais, dans les cabinets des savants, à la tête de leurs ouvrages, dans les compositions de la peinture allégorique, derrière l’ostentation servent à leurs propriétaires de Chiffres secrets.

cheloniophilie.042-001.jpg

    La tortue apparaît dans de multiples emblèmes, mais domine dans deux occurences. L'une est inspirée du poète grec Phydias, dont la légende dit qu'il peignit la déesse de la beauté " pressant une tortue lente  De son pied délicat, & tendre".

cheloniophilie.043-001.jpg
 
   La femme prudente et vertueuse a le pied posé sur une tortue dans l'univers des emblèmes : posé sur la carapace de la tortue, le toit de sa maison ; se déplaçant à son rythme, lent, l'antithèse de la femme qui court çà et là, volage.

cheloniophilie.044-001.jpg

    La deuxième occurrence est la plus connue, la plus développée aussi. Son histoire est complexe : Festina lente est un oxymoron, un figure de rhétorique très à la mode, qui a connu un grand succès à l'époque romantique, le plus célèbre oxymore étant l'horreur sympathique de Beaudelaire : deux termes antinomiques réunis dans une même expression. Ici, un pied à terre, un pied en l'air, sont redoublés par la tortue dans une main, les ailes d'oiseau dans l'autre : le paradigme de la lenteur, la tardiveté, et celui de la vitesse.

cheloniophilie.045-002.jpg

    Tout commence dans l'antiquité, mais l'utilisation la plus fameuse est celle que fit Alexandre Farnese, devenu le pape Paul III, installant dans toutes les pièces du château Saint Ange sa devise Festina Lente illustrée par un caméléon, la lenteur, et un dauphin, la rapidité. Cette association est retrouvée dans un nombre considérable de recueils d'emblèmes : mais on peut substituer dans l'un et l'autre des paradigmes des figures qui évoquent métaphoriquement, qui personnifient, qui sont des allégories de la lenteur et de la vitesse.

    Pour vous montrer comment fonctionne ce système, qui aboutit à un véritable code et à un langage à part, je vous rappelle ce qu'est un rébus : voici par exemple l'ange et l'os de mulet, de votre serviteur.

theseantitheseprothese.jpg

Le jeu est de faire appel à des signifiants, éventuellement en jouant sur les consonnances, pour aboutir à un autre signifiant.

    cheloniophilie.046-001.jpg

    Ici, tout se passe entre signifiés : l'ancre symbolise l'immobilité, la stabilité, le dauphin la rapidité ; dans la vignette voisine, la flèche occupe une place homologue de l'ancre, mais elle symbolise le contraire : la rapidité ; tandis que la rémora poisson lové autour de la flèche comme le dauphin autour de l'ancre, a la propriété lorsqu'elle se fixe à la proue d'un navire, de le stopper. L'analogie morphologique n'est absolument pas redoublée sur le plan sémantique lequel détermine le sens de l'emblème.

cheloniophilie.047-008.jpg

    Voici une série d'exemples d'opposition paradigmatique entre personnifications de la rapidité et de la lenteur.

cheloniophilie.048-003.jpg

 Pour finir sur notre tortue, flanquée d'une voile, en remarquant la dénaturation de la vignette initiale au fur et à mesure de ses copies bâclées.

cheloniophilie.049-001.jpg

    Voici une illustration d'une fête nautique donnée sur l'Arno à Florence du temps de la splendeur des Médicis, le temps de Francesco, de sa fille Virginia épousant Césare d'Este, à la fin du XVIème siècle : la tortue est opposée au Dauphin comme elle pourrait l'être sur terre au lièvre.


cheloniophilie.050-001.jpg

    L'idée de tortue est associée à l'idée de lenteur. Quel que soit le bout par lequel on prend la tortue, sa lenteur est son trait principal. Le plus souvent, ce trait est considéré selon un angle positif : être lent, c'est être prudent, avisé, constant, vertueux.

cheloniophilie.051-004.jpg

    Et toujours d'un point de vue neurologique, l'on peut s'interroger sur l'origine de cette lenteur, partagée avec le paresseux  du Brésil, le caméléon, l'escargot, la limace, : la tortue aurait-elle le cerveau lent ? Serait-ce la cadence de son système nigro-strié, une singularité de la régulation de la dopa-décarboxylase ou en amont de la tyrosine hydroxylase ?  Serait-ce un problème de conduction nerveuse, une myéline un peu lente à la détente ? Mes recherches en ce domaine - en fait j'ai il y a quelques années soulevé la problématique à l'occasion du caméléon , mais ce dernier est un animal paradoxal, parfait exemple de l'action de la Providence : s'il est lent et maladroit sur ses pattes, en revanche sa langue est une catapulte meurtrière, et ses yeux naviguent en tous sens.

    cheloniophilie.052-001.jpg

    En fait à la question que posait Donders, vient répondre l'article de Younis Abu-Ghalyun du département de Zoologie de Colombus dans l'Ohio : le caméléon est lent, non pas à cause de son cerveau ou de ses nerfs, mais à cause de ses muscles, qui sont constitués majoritairement de fibres toniques.

cheloniophilie.053-001.jpg

    En réalité, dans l'eau, la tortue n'est pas si lente que cela, bien au contraire. Et l'un des intérêts majeurs de la tortue, est d'avoir contribué à la démonstration de la magnétoréception. Comment les tortues caouanes ( Caretta caretta ) éclosent sur la terre ferme en Floride ; puis elles se dirigent vers la mer, et suivent un itinéraire circulaire, selon le Gulf stream vers le Nord puis l'est, contournent la mer des Sargasses en direction de l'Europe occidentale, redescendent vers l'Afrique occidentale, et enfin reviennent vers l'Ouest dans la mer des Caraïbes. La grande majorité pondent leurs oeufs sur la plage où elles ont éclos. Comment font-elles pour se repérer, partant d'un point de ponte précis, parcourant des milliers de miles marins selon une trajectoire circulaire, et revenant exactement au même point pour la prochaine ponte ? Ont-elles une carte dans l'hippocampe, comme les chauffeurs de taxi londoniens ?

    cheloniophilie.054-002.jpg

    Nouveau coup porté à la théorie des cinq sens, aussi archaïque que celle des quatre éléments, la magnétoréception repose sur des structures alignées appelées magnétosomes contenant des cristaux de magnétite, maintenus par une protéine MamJ sur un filament du cytosquelette ; elle concerne également l'abeille domestique, les papillons migrateurs, les langoustes, le pigeon, le rat-taupe ...

cheloniophilie.055-002.jpg

    Un manifeste en faveur de la tortue serait immédiatement signé par une quantité de partisans :

cheloniophilie.056-010.jpg


rappelons que nous avons au cours de cette petite promenade rencontré des légionnaires qui ont échappé au pire grâce à la tortue, des fabulistes, des philosophes, des rhéteurs, et quelques neurologues ... dont notre chéloniophile régional et préféré.


cheloniophilie.057-002.jpg

        cheloniophilie.058-002.jpg

    Du paradoxe de Zénon à l'énigme du Phocéen mystérieux, elle en a parcouru du chemin notre tortue. Et encore, le temps m'a manqué pour développer les dimensions exotiques et symboliques de la tortue. Il n'avait pas échappé à John Locke, repris par Saunderson et par Diderot, que pour les indiens, le monde est soutenu par quatre éléphants, lesquels reposent sur une tortue géante, elle-même posée sur un je ne sais-quoi.  Les tortues de la cité interdite, et celles qui représentent les disciples de Confucius.

cheloniophilie.066-001.jpg

cheloniophilie.067-014.jpg

cheloniophilie.068-001.jpg

cheloniophilie.069-001.jpg

cheloniophilie.070-001.jpg

    Alors que devient cette histoire de Dauphin et de Tortue ? Vous voici dans la même situation que moi, devant le tableau de Boston : je sais, vous savez, que cette association iconographique signifie Festina Lente.

cheloniophilie.059-001.jpg

    Mais quelle est sa justification dans cette composition ?  En quoi le thème de Suzanne et les Vieillards appelle-t-il ce hâte-toi-lentement ? Vous vous rappelez l'assurance de mon voisin me répondant alors que je l'interrogeais sur cette présence, c'est évident. J'ai dans un premier temps, refusé de croire qu'il s'agissait d'une allusion gauloise : ce que dit le premier vieillard à Suzanne, ce que dira le second à la Chartreuse de Douai, serait-il possible de le déduire de cette fontaine ci puis de cette fontaine là ?

cheloniophilie.060-001.jpg

J'aurais pu ajouter à la perplexité, la complexité de l'histoire suivante : il existe à Rome une fontaine du XVIème siècle que l'on appelle fontana Mattei ou Fontana delle Tartarughe ; elle est banalement composée entre autres figures de dauphins ; mais curieusement le Bernin fit ajouter trois quart de siècles plus tard en 1658 quatre tortues au dessus des dauphins

tartarughe1.jpg

tartarughe2.jpg


cheloniophilie.061-005.jpg


    Il est 20h47 à la montre de Bernard.

cheloniophilie.062-001.jpg

Respect the Turtles !

cheloniophilie.063-001.jpg
Je vous remercie de votre attention.

Date de création : 12/06/2009 : 07:11
Dernière modification : 18/06/2009 : 17:50
Catégorie : Conférences
Page lue 5954 fois

up Haut up


Site propulsé par GuppY - © 2004-2007 - Licence Libre CeCILL