Neuroland-Art

Accueil  Téléchargements     
resume

Esprit Faux

Résumé


L'Esprit faux ; conférence ; durée prévue : cinquante minutes ; support visuel Keynote

Résumé : Le point de départ de l'ouvrage est le constat d'une contradiction entre, d'une part, l'émerveillement consensuel devant l'organe auquel nous avons tous ici consacré notre existence, aboutissement miraculeux de l'évolution, voire pour certains miroir du monde permettant à celui-ci de prendre conscience de lui-même ; et d'autre part la médiocrité de ses productions, jugement assis sur quarante années d'expérience. L'Esprit faux, expression empruntée à Voltaire et à Frédéric Paulhan, désigne ce refus de se conformer à l'adoration de l'organe cerveau, actuellement de rigueur.

Au cours de la première partie, nous démontrons l'archaïsme de certaines de nos conceptions du fonctionnement cérébral, en prenant un  exemple parmi la vingtaine abordée dans le premier tome de l'Esprit faux, la question des cinq sens, qui fait preuve d'une vigueur remarquable, en particulier dans le cognitivisme et l'un de ses nouveaux piliers, le synesthésisme. En se fondant uniquement, pour rester dans les limites du temps imparti, sur la variété des récepteurs, nous apportons des arguments en faveur d'une nouvelle conception, selon la voie tracée par l'épistémologie  évolutionniste, fondée sur une classification cladistique des centaines de capteurs inventoriés. La théorie des cinq sens apparaît aussi archaïque que la théorie des éléments confrontée au tableau périodique des éléments. Or les cinq sens constituent un piler de notre pensée, de notre idéologie, et  lorsque la synesthésie qui fut l'objet d'un engouement extraordinaire à la fin du XIXè siècle renaît de ses cendres outre Atlantique, au point d'avoir  désormais son E.S la flutiste synesthète comme la mémoire a eu son H.M, nous sommes interloqués par l'obédience de ces nouveaux théoriciens des anomalies de la modularité à une théorie aussi vétuste de la sensation. Nous traiterons des modalités du toucher, de l'olfaction, de quelques sens que nous n'expérimentons pas directement, et de théories, celle des stoïciens par exemple, qui n'ont pas eu l'heur de plaire mais qui faisaient place à d'autres sens. Pour conclure cette première partie : les cinq sens sont une conception archaïque seule à perdurer après trente siècles passés au service des idéologies philosophiques, religieuses, scientifiques, en apparence indéboulonnable, fondement actuel d’un marketing virulent, et du cognitivisme.

La seconde partie est consacrée à l'examen de la question : pourquoi pensons nous l'organe cerveau comme une machine admirable ? Notre ouvrage s'attaque d'une part, à la notion de machine cérébrale, d'autre part, à l'illusion entretenue sur la qualité exceptionnelle de ses productions. Et en deçà de ces considérations, aux raisons qui font que ces propositions sont communément admises. Nous rappelons que les productions collectives sont souvent effroyables et que quelques productions individuelles régulièrement avancées ne font guère le poids. Mozart et Einstein ne rattrapent pas l'esclavage et les génocides. Cette observation est cependant triviale et je ne fais que l'aborder en passant. La problématique est ailleurs : il est une bataille qui a été perdue au siècle dernier, celle de l'hérédité des caractères acquis. Nous tentons de mettre en évidence l'analogie parfaite entre ce qui est avancé actuellement au sujet des qualités d'adaptation du cerveau - influence de l'environnement, plasticité, cellules souches, mémétique - et les argumentaires des défenseurs de l'hérédité des caractères acquis du temps de Lamarck comme de celui de Piaget. Nous proposons d'une part de suivre le cheminement des notions de Providence à celui d'Environnement, via la Nature puis le Milieu ; d'autre part, d'exposer les différentes acceptions du concept d'épigénétique.

Nous concluons sur la remise en question du fameux Nihil est in intellectu quod non prius fuerit in sensu, auquel nous substituons le primat de l'action énoncé depuis Claude Brunet et Berkeley jusqu'à Freud et Berthoz en passant par Goethe, Magendie et tant d'autres.


Date de création : 06/07/2009 : 04:58
Dernière modification : 14/07/2009 : 21:48
Catégorie : Esprit Faux
Page lue 2803 fois

up Haut up


Site propulsé par GuppY - © 2004-2007 - Licence Libre CeCILL